Vols de vanilles immatures : Les forces de l’ordre et les magistrats se renvoient la balle

AR 17:48:00 economie
img

Accusées de ne pas prendre leurs responsabilités dans la lutte contre le trafic de vanilles, les forces de l’ordre et les magistrats se défendent à travers les médias. Les conférences de presse sont alors l’occasion, pour les premiers, de médiatiser les arrestations; tandis que les magistrats brandissent les statistiques. Une réponse à la dénonciation des gendarmes lors de la saisie de 217 kg de vanilles immatures à Antanambao Nosy be, la semaine dernière.

Une réalité, deux versions

43 dossiers soumis au parquet sur 57 ont déjà été traités, entre le mois de janvier et le mois de mai, selon les documents présentés par le parquet. Et d’ailleurs, pour les 42 dossiers traités, tous les accusés ont été détenus. Une mise au point donnée par les magistrats pour se défendre d’une rétention de certaines quantités de vanilles, en soulignant que seules les vanilles matures ont été rendues à leurs propriétaires. Ainsi, si les 217 kg de vanilles saisies la semaine dernière sur la RN 5 sont matures, elles pourront être restituées aux paysans du fokontany Antsirakoraka. Le parquet de Toamasina veut prouver qu’il ne fait pas blocage dans cet effort pour éradiquer le trafic de vanilles vertes. Le problème, selon les magistrats de Toamasina, réside dans le sous-effectif des éléments de la gendarmerie.

De leur côté, il y a à peine deux semaines, les éléments de la gendarmerie de Toamasina ont procédé à la fouille d’un véhicule qui transportait des vanilles vertes sur la RN5 ; et cela même si deux policiers étaient à bord. L’affaire a même été médiatisée pour prouver qu’il n’y a pas deux poids deux mesures dans cette lutte contre le trafic de vanilles immatures. Ils ont alors déploré qu’aucune affaire portée devant la justice n’a fait l’objet d’aucune détention alors qu’ils ont déjà eu beaucoup de mal à les appréhender. De plus, les gendarmes ont saisi 808 kg de vanilles volées au cours des deux derniers mois, sans suite également.

Quoi qu’il en soit, le fait est que le trafic prend de l’ampleur et au lieu de se rejeter mutuellement la faute, le parquet et les forces de l’ordre devraient ni plus ni moins prendre leurs responsabilités face à la gravité de la situation. En effet, pas plus tard que mercredi dernier, dans l’après-midi, les gendarmes de la compagnie d’Antsohihy ont mis la main sur 220 kg de vanilles vertes. Un Peugeot 309 roulait sur la RN6 en direction d’Anjiabory, district d’Analalava, amenant des vanilles immatures en provenance de Befandriana, et un avocat à son bord. Ce dernier a été détenu par la gendarmerie pour enquête. 

Des pertes considérables pour le pays

La cueillette de vanilles immatures est illégale puisque la récolte n’est autorisée qu’au mois de juin. Cette mesure a été prise pour que les gousses de vanilles vertes puissent remplir les conditions optimales pour un taux de vanilline suffisant. En effet, il est important de maintenir la réputation de la vanille de Madagascar qui est la référence sur le marché internationale en qualité. Pourtant, chaque année, des centaines de kilos de vanilles vertes sont arrachées bien avant la maturation. Les voleurs sont motivés par le prix intéressant que leur proposent les repreneurs qui sont alors prêts à payer 150 000 Ariary le kilo de vanilles vertes.

Le vol sur pied se généralise dans les sept régions de Madagascar, productrices de vanille : Diana, Sofia, Sava, Atsimo-Atsinanana, Atsinanana, Analanjirofo, Vatovavy Fitovinany. Les vanilles volées sont alors stockées et traitées dans un endroit éloigné et attendent la campagne de ventes. Ces vanilles de mauvaise qualité sont alors mises en vente sur le marché et nuisent à la réputation de la vanille malgache. A ce rythme, cette dernière risque de perdre sa première place en tant que référence mondiale de la qualité des vanilles.

 

 

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités