Vindicte populaire dans le district de Fenerive-est et d’Andapa

MH - Alan Mathew 15:10:00 social
img

Des images de désolations, des corps sans vie ensanglantés gisant par terre, pire un pied est coupé comme un morceau de viande. La vie des êtres humains n’a plus de valeur. En une journée, à deux endroits différents, des populations en furie ont massacré leurs semblables.

Voici l’histoire…

Trois inspecteurs de police ont été tués hier matin par vindicte populaire. Ces policiers se sont rendus dans le fokontany d’Ambodihazinina, Commune Ambatoharanana, district de Fenerive Est pour effectuer une enquête sur un opérateur de vanille.

Le service de police économique de Toamasina a donné pour ordre de mission à ces trois inspecteurs de police économique d’enquêter sur un vol de vanille de 50 kilogrammes suite à une plainte. Les inspecteurs Brillant, Hajarinofy Andrianasolo Andriamahefantsoa et Fidèle Abdi Be-Jacques étaient en tenue civile et sans arme donc ils n’ont pas pu riposter face à la supériorité numérique de la population.

C’était pendant leur mission que le drame s’est passé car l’opérateur qu’ils ont enquêtés à appeler au secours pour attaque à main armée. La population en furie s’est précipité pour attraper ces trois inspecteurs car elle croyait que c’était un acte de banditisme et puis le village aurait été attaqué par des bandits il y a deux semaines.

Des versions différentes

Face à cela, les policiers ont essayé de prouver leurs innocences en montrant un mandat de perquisition du tribunal de Toamasina et leurs cartes professionnelles mais rien à faire, la population en furie a préféré tabassé les trois inspecteurs avec des bâtons avant de les lyncher à mort.

Selon un communiqué du Ministère de la Sécurité Publique, ces inspecteurs se sont fait attaquer après avoir terminé leurs missions et leurs rapports envers leurs supérieurs. Des attaques des inconnus au motif inconnu. Donc si l’on se tient à ce rapport, les trois policiers n’ont pas été lynchés en pleine mission dans le village mais sur le chemin du retour. D’autres versions racontent qu’un des trois policiers ont pu s’échapper mais il a décidé de revenir pour saucer ses coéquipiers. Or, il a subi aussi la colère des gens. La police nationale  n’a pas encore procédé à une arrestation mais cela ne va pas tarder et même le chef fokontany sera concerné.

La justice populaire coûte que coûte

Andapa a été également le théâtre d’un affrontement hier. L’arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tué deux fillettes portées disparues mais retrouvées mortes dans un caniveau a provoqué la colère de la famille ainsi que les personnes présentes. En fait, ces dernières demandent à ce que ces personnes leur soient présentées et jugées directement sans attendre la conclusion de l’enquête effectuée par les gendarmes. Ceux-ci, voyant le nombre des gens derrière eux, ont fini par tirer pour les disperser. Mais les balles ont tout de suite tué deux personnes sur le coup, et ont blessé d’autres. Un gendarme a été également violenté par les gens et le bureau de la gendarmerie saccagé.

La Justice et les Forces de l’ordre devront tirer une leçon de ces deux affaires. L’heure est grave, une colère certaine et enfouie se cache au fond de chaque individu et cela n’attend qu’un petit rien pour s’exploser et se transformer en tuerie.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités