Sénégal : Des élections législatives « mal organisées » selon l’opposition

Ralay 14:21:00 internationale
img

30 juillet : Une date importante pour le Sénégal qui a fait face aux législatives. Un scrutin très critiqué surtout côté organisation.  Plusieurs perturbations ont été relevées presque dans tout l’ensemble du territoire Sénégalais.

Les législatives ont été appréhendées depuis le début de la campagne qui a été plutôt violente. Et même la veille du jour J, de nombreuses personnes étaient déjà septiques, se demandant s’il allait pouvoir voter ou non. Car en fait, le gouvernement avait décrété que pour ces législatives, la possession de cartes d’identité biométrique étaient nécessaires. Mais le fait est que ces cartes n’ont pas été produites en nombre suffisant. C’est pour cela qu’à cinq jours du scrutin, le président Macky Sall a saisi le Conseil constitutionnel sur la possibilité de voter avec les seuls récépissés de ces cartes. Et la haute juridiction a répondu favorablement en préconisant l’association du récépissé avec les anciennes cartes d’identité, les anciennes cartes d’électeur ou le passeport.

Mais ce système a fini par embrouiller la population car d’autres dispositions ont encore été prises pour les primo-inscrits, c’est-à-dire ceux qui ont déjà été inscrits sur la liste électorale mais qui n’ont pas de cartes biométriques. En effet pour eux, le Conseil a simplement indiqué qu’ils devraient produire un « document d’identification » délivré par le ministère de l’intérieur. Et ce n’est que vendredi que le ministre de l’intérieur a précisé que pour les avoir, ces personnes pouvaient se rendre dans les préfectures et sous-préfectures pour récupérer ce document d’immatriculation. Résultat : c’est à la dernière minute que de nombreuses personnes se sont ruées dans ces endroits pour avoir ce document d’identification, une course qui a découragé certaines personnes.

Sabotage ou défaut d’organisation ?

Quand vient enfin le dimanche 30 Juillet, les choses ne s’améliorent pas. Si les votes devaient débuter à huit heures, dans plusieurs villes du pays ce n’était pas le cas. En effet, pour la ville de Touba par exemple, les électeurs n’ont commencé à voter qu’après 11 heures et pourtant cette ville est parmi les localités qui présentent une forte densité démographique.

Outre cela, les fortes pluies de la veille ont détruit plusieurs abris provisoires qui devaient servir de bureau de vote. Mais ce n’est pas tout car plusieurs électeurs n’ont pas pu trouver leur nom sur la liste électorale. Certains ne savaient même pas où se rendre car aucun lieu n’est précisé sur les récépissés. Voilà pourquoi certaines personnes, notamment l’opposition pensent que tous  ces désagréments ont été provoqués  intentionnellement pour perturber le bon  déroulement des élections et pour priver la population de s’exprimer librement. L’ex-président Abdoulaye Wade a même affirmé que «  les bulletins de tous les candidats ne sont pas présents dans les bureaux de vote ».  De son côté, le Président actuel Macky Sall, lui reste calme. Quoi qu’il en soit, on ne peut plus rien changer et d’après les résultats provisoires la coalition ''Benno Bokk Yakkar'', qui est  au pouvoir,  enregistre la majorité des voix  avec un total de 112 députés, contre 24 pour la coalition ''Manko Taxawou Sénégal'' qui est dans l’opposition.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités