Rumeurs de vaccins contre la peste : Un acte malintentionné assimilé au terrorisme

Manue 14:51:00 social
img

Panique, peur, et affolement. Voilà les sentiments pressentis par les parents d’élèves dans la journée d’hier. « Un véhicule 4X4 transportant des médecins envoyés par le ministère de la santé publique, et accompagnés par des éléments de l’EMMO-REG s’est stationné devant les écoles pour vacciner les enfants contre la peste », c’est en gros la rumeur qui a commencé à circuler depuis le matin du 8 novembre, à Ambohimanambola.

Les individus malintentionnés ont profité de la présence massive des autorités qui escortaient le Président de la République lors de l’inauguration de la nouvelle centrale thermique dans ce quartier, pour divulguer la rumeur comme quoi ces éléments de forces de l’ordre étaient sur place pour vacciner les enfants et que c’étaient des piqûres mortelles. Les parents, paniqués et hors de contrôle sont allés chercher illico leurs enfants qui étaient en plein cours. La fausse information a pris de l’ampleur hier et a dangereusement enflé.

Mais il faut savoir que si l’information sur l’envoi de médecins par le ministère est totalement erronée, l’existence du 4X4 et des faux médecins à blouse blanche est confirmée par le ministre de la Santé Publique Mamy Lalatiana Andriamanarivo. «Les semeurs de trouble passent d’une école à une autre, notamment les EPP et les CEG pour rendre crédible la rumeur, ce que nous sommes en train de vivre est déjà apparue à Toamasina, lorsque cette province était sur le point d’arriver à la fin de l’épidémie » a indiqué le ministre dans son communiqué de la veille. La capitale est effectivement à quelques malades de la fin de l’épidémie, en l’occurrence 35 en cours de traitement selon le dernier bilan du BNGRC. La ville d’Antananarivo a connu beaucoup plus de réactions que celle de Toamasina, créant une psychose aussi démesurée qu’aggravante. Car cela va sans doute provoquer la rétraction des parents et de certaines écoles pour ne plus envoyer les enfants assistés aux cours.

Pour faire face au problème, le MEN a souligné que les classes continuent ce jour et le préfet d’Antananarivo d’ajouter que des éléments de forces de l’ordre seront déployés à travers la ville d’Antananarivo. Les parents et le personnel enseignant sont alors appelés à ne pas paniquer et ne pas prendre ces autorités pour les faux médecins. Tous ceux qui aperçoivent ces fauteurs de troubles devront alors alerter immédiatement les autorités environnantes car ils seront sévèrement sanctionnés.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités