Riana Andriamandavy VII, ministre de la Communication : Indignations du monde de la presse

MH 12:08:00 politique
img

Pour La Gazette de la Grande île cette nomination s’apparente à une ultime provocation aux professionnels des médias, et qui plus est, il s’agit d’une « erreur de casting » puisque le nommé est un gag à lui tout seul. La Vérité est du même avis et se dit scandalisée, Riana Andriamandavy est devenu célèbre à travers la série d’infractions qu’il a commises pour défendre sa belle-sœur, la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy. Free News se demande pourquoi le chef du gouvernement a désigné cet « individu indésirable » à une telle place, le Syndicat des magistrats de Madagascar a porté plainte contre lui pour différentes infractions. Pour Free News, sa nomination est une « insulte extrême » à la profession. On lui a octroyé cette place seulement pour des raisons politiques signale Taratra. Une thèse confirmée par Tia Tanindrazana, il s’agit d’un très mauvais calcul politique. A-t-il la capacité et la compétence nécessaires pour tenir cette fonction ? se demande le journal.

C’est en partie les réactions recueillies dans certains journaux mais beaucoup d’observateurs ont également exprimé leur indignation face à ce qu’ils pensent de vrai « foutage de gueule ». Un homme qui a fait parler de lui dans des affaires de corruption et s’est montré au-dessus de la loi quand les éléments du BIANCO ont fait leur travail d’investigation. N’y a-t-il plus d’hommes compétents pour tenir le poste ?

En tout cas, le passé politique du nouveau ministre n’est pas très luisant. Il a été connu pour être le leader du jeune TIM à une certaine époque. Viennent les événements du  2009, le président de la HAT, Andry Rajoelina l’a nommé au poste du ministre du tourisme et quand la transition a pris fin, il devenait membre du HVM. Ce qui lui a valu successivement une nomination aux postes de chef de région de la Haute Matsiatra et sénateur de Madagascar. Un parcours politique qui ressemble à celui d’un caméléon. Savoir nager et entretenir des relations avec ceux qui sont au pouvoir c’est son maître mot, et il n’est pas le seul dans ce domaine. Il y a beaucoup de politiciens qui lui ressemblent comme de gouttes d’eau car la politique à Madagascar est guidée par le soif du pouvoir. Et qui dit soif du pouvoir, dit cupidité.

Ses multiples interventions pour défendre la milliardaire Claudine Razaimamonjy y sont aussi pour quelque chose. Riana Andriamandavy a joué sa carte politique pour protéger sa belle-sœur contre la poursuite initiée par le BIANCO, à Ambohibao, il a ainsi excité ses partisans à crier et à lancer des cailloux au portail. Des partisans emmenés de loin car ils venaient de Fianarantsoa pour contester la détention de leur "mère" au siège du BIANCO. A l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, il était le premier à surveiller jour et nuit la chambre de Claudine afin que personne n’ait pas accès à l’intérieur.

Riana Andriamandavy a été nommé sur la base de la liste proposée par le parti HVM, on ne sait quel a été le critère avancé pour que ce soit lui qui a obtenu le poste. L'ordre des journalistes, dans son communiqué publié ce jour, a fermement condamné sa nomination jugée hâtive et n'a pas reçu l'aval des membres de la presse. Ainsi, le président de l'Ordre des journalistes appelle tous les journalistes à assister à la passation de service qui va se dérouler demain à Nanisana afin de contester la prise de fonction du nouveau ministre.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités