Ravalomanana cherche à s’allier avec son ennemi d’hier pour contrer le régime Rajaonarimampianina

Manue 12:01:00 politique
img

« Je suis prêt à m’associer avec Rajoelina, s’il vient me voir. Après tout, on est tous Malgaches ».  Voilà ce qu’a affirmé Ravalomanana, mardi lors d’un brunch. Des propos incroyables qui ont stupéfait les auditeurs présents. Il ne s’agit pourtant pas d’une blague, d’une intox ou de cinéma car il l’a confirmé lorsque les journalistes, incrédules, ont demandé à ce qu’il répète sa déclaration. D'autres détails ont même fait tiquer l'assistance, l'homme au cravate rouge a étrangement changé la couleur de son cravate en jaune poussin, il a aussi "fait la paix" avec le journaliste de la Gazette de la Grande Ile, nommé Jesy Rabelalao. Et pourtant celui-ci n'a pas été tendre avec lui depuis qu'il a accédé au pouvoir.

Ainsi la réconciliation entre les deux acteurs du massacre du 7 février, tant revendiquée par le FFKM est-elle enfin arrivée à se faire appliquer, où s’agit-il d’une autre ruse venant de Ravalomanana pour arriver à ses fins ? La deuxième réponse semble être la plus crédible, car même s’il prétend que la raison qui le motive à cette alliance est « pour l’intérêt supérieur de la nation », le fondateur de TIKO a une autre meilleure motivation, car il est en ce moment plein bras de fer avec la Justice. Il semble croire que cette alliance pourrait lui être bénéfique pour riposter contre sa condamnation.

Effectivement, Ravalomanana a par la même occasion réfuté la décision de la justice sur sa condamnation de 2010. A cette époque, le verdict l’a fait condamner par contumace pour des travaux forcés à perpétuité pour homicide d’une trentaine de personnes suite à la tuerie de 2009. Un verdit qu’il nie sous prétexte qu’il n’en a pas été notifié, et que la Cour criminelle ordinaire qui l’a jugée n’est pas compétente pour juger un ancien Chef d’Etat, et que c’est plutôt la tâche de la Haute Cour de Justice. Pourtant, cette dernière n’existait pas encore à cette époque. De son côté, le Ministère de la Justice a rappliqué et la garde des sceaux, Alexandrine Elise Rakoto, a affirmé via une conférence de presse ce jour même que la condamnation est belle et bien applicable, et que Ravalomanana sera notifié de celle-ci, à la suite de laquelle il fera appel dans un délai imparti. Si ce n’est pas le cas, et que le délai expire, le verdict sera appliqué, et Marc Ravalomanana arrêté.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités