Qui est Eric Randrasana, le nouveau directeur de cabinet de la Présidence de la République ?

Manue - MH 18:25:00 politique
img

Hier s’est tenu le premier conseil des ministres pour cette année, pendant lequel les choses ont bien bougé du côté de la Présidence. Des aménagements, des nominations, tout cela démontre la détermination du Président pour débuter officiellement cette année en bonne et due forme, en effectuant ses choix, qui peuvent être qualifiés d’hautement stratégiques.

Ainsi, à  part la nomination d’un directeur général au CIS (Central Intelligent Service), et l’institution de son ambassadrice aux Nations-Unies, le Président de la République a enfin surtout, nommé une tête à la direction du cabinet civil de la Présidence en la personne de Jean Joël Eric Randrasana. Le poste a été notamment resté vacant pendant trois ans, après que son titulaire, Henry Rabary-Njaka devenu ministre des affaires étrangères en 2015, ait été limogé. C’est les deux conseillères spéciales auprès de la Présidence Arisoa Lala Razafitrimo et Herisoa Razafindrakoto qui ont assuré tour à tour l’intérimaire.

Le tout est de savoir qui est ce tout nouveau directeur de cabinet de la Présidence, après trois ans d’absence de titulaire officiel. Nouveau, pas très sûr, car il faisait partie des conseillers économiques du Président. Il est également connu pour avoir été le spécialiste du dossier AGOA (African Grouthand Opportunity Act), mettant Madagascar à la 4ème position dans l’exportation de textile vers les Etats-Unis. Il fait également parti du CA (Conseil d’Administration) de la société Jirama. En tout cas, cette nomination nous donne déjà un aperçu de l’orientation politique dans laquelle sont fondés les projets du Président.

A part sa fonction auprès de la Présidence, il a une société de logistique dénommée Galaxam Logistics qu’il a dirigé depuis 2002. Une entreprise qui œuvre dans le domaine du transit et du transport à Madagascar. Connu pour être un homme très sérieux, Eric Randrasana a étudié la comptabilité et la finance à l’INSCAE après avoir fait des études de droit à l’université d’Antananarivo. Dans une interview qu’il a accordée à un site, il a avoué qu’il avait gravi tous les échelons avant d’avoir monté sa propre entreprise qui ne lui est pas donnée mais le résultat des années de dur labeur.

Pour lui, être un bon dirigeant c’est avoir une vision et des objectifs afin de prévoir des stratégies sur le court, le moyen et le long terme. Sans oublier la pro activité qui est essentielle et la rigueur dans la gestion. Mais ce qui peut faire la différence de ce nouveau directeur de cabinet par rapport à ses prédécesseurs, c’est son honnêteté, il a conseillé au dirigeant d’être honnête au sens large du terme, honnête envers l’Etat, les employés, les clients et soi-même.

C’est bien beau de lire tout cela, maintenant qu’il cumule un certain nombre de fonction dans les hautes sphères de l’Etat et qu’il est devenu une figure connue dans le monde de la finance, l’entrepreneuriat, l’énergie et l’administration, on aimerait qu’il exerce « de manière très sérieuse » ce principe de l’honnêteté afin de rétablir la confiance entre les dirigeants et les dirigés, les gouvernants et les gouvernés. Que les conseils qu’il a donnés ne doivent rester lettre morte mais qu’il les applique lui-même pour voir s’il change et a pu inciter les autres à changer.

La nomination de cet homme de principe, marié et a trois enfants, n’est pas fortuite même si le Président a mis du temps avant de le placer. Espérons qu’il apportera un souffle et un regard nouveau dans l’entourage présidentiel à l’approche des élections.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités