Premier Ministre Christian Ntsay : « Sans paix sociale, les élections seront difficiles à réaliser »

Avosoa - MH 15:08:00 politique
img

La passation de pouvoir entre le premier ministre sortant Mahafaly Olivier et son successeur a eu lieu ce matin à Mahazoarivo. C’était une occasion pour le nouveau premier ministre d’exposer les principaux programmes qu’il va effectuer durant son mandat.

En fait, d’après le premier ministre Christian Ntsay son gouvernement va se concentrer davantage sur l’organisation des prochaines élections. Il a assuré que son gouvernement va faire en sorte que ces élections « anticipées » soient inclusives, crédibles et transparentes. Mais tout cela ne pourrait pas se réaliser dans les conditions auxquelles se le pays se trouve actuellement. Ainsi donc, le gouvernement Ntsay prendra en compte dans sa première décision les enjeux des élections y compris la sécurité et la paix sociale. Parmi ses priorités figure la définition précise de la date des élections, une décision qu’il prendra avec laCENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) car la proposition vient de cette Commission.

Toujours dans son discours, le Premier minsitre Ntsay Christian a réitéré l’importance du dialogue. Il a donc fait appel à toutes les parties prenantes de faire preuve de patriotisme et de contribuer à la mise en place d’une paix sociale et la promotion du vivre ensemble pour tous les peuples malgaches.

Quant au gouvernement qui va venir, le premier ministre a affirmé qu’il s’agira bel et bien d’un gouvernement de consensus, rassemblant toutes les couleurs politiques. Ce futur gouvernement va également mettre en œuvre les changements revendiqués tels le renforcement de la lutte contre la corruption qui est d’ailleurs l’origine de tous ces conflits actuels ainsi que la lutte contre la peste.

Finalement, Ntsay Christian a remercié les principaux acteurs qui ont fait preuve de volonté et de responsabilité pour mettre fin à cette divergence. Il s’agit en somme du Président de la République Hery Rajaonarimampianina qui lui a fait confiance et l’a nommé à cette place de chef de gouvernement dans le cadre du respect de la Constitution et suivant la décision de la Haute Cour Constitutionnelle. Il y a aussi le président du MAPAR Andry Rajoelina et les députés issus de ce parti qui l’ont proposé et soutenu, il n’a pas oublier de mentionner le président du TIM Marc Ravalomanana, les différents autres partis politiques et groupes syndicaux qui ont fait preuve de disponibilité et ont patiemment participé au processus de résolution de la crise actuelle.

 

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités