Ministre Harry Laurent Rahajason : Les diffuseurs des rumeurs seront traqués

Manue 16:39:00 politique
img

La capitale ainsi que bien d’autres grandes villes de la Grande Ile vivent encore les retombées des rumeurs qui ont affolé les établissements scolaires publiques. Tous se souviennent de la panique générale des parents hystériques qui ont été informés d’une prétendue campagne de vaccination contre la peste à cause du bouche-à-oreille mais surtout du réseau facebook, élément aggravant. En effet, les auteurs de cette manipulation populaire connaissent parfaitement le rôle et la place que joue ce réseau dans la vie quotidienne des Malgaches. Il est sûr que presque tous les internautes ont un compte facebook, s’ajoute à cela l’évolution de la téléphonie mobile et l’offre des opérateurs qui facilitent l’accessibilité, à partir de 100 ariary.

Le ministre de la Communication et des relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason a expliqué hier lors d’une conférence de presse qu’à part les individus envoyés d’une école à une autre pour semer la psychose, il y a sans doute des jeunes à la recherche d’argent facile qui sont payés pour se connecter et trouver des moyens pour dénigrer le gouvernement. Car, toujours selon ses explications ce qui s’est passé dans ses écoles est une des diverses stratégies pour cultiver la haine contre les détenteurs du pouvoir et qui plus est pour créer le chaos.

« La chasse aux cybercriminels est ouverte et nous allons les traquer et cueillir un à un s’il le faut » a annoncé le ministre. L’évolution technologique permet aujourd’hui de retracer l’appareil qui a publié, soit le téléphone ou l’ordinateur et ainsi de mettre la main sur le responsable. D’ailleurs, des cas de ce genre deviennent fréquents et les fauteurs de troubles sont effectivement gravement sanctionnés, ce qui devrait avertir les personnes qui ont encore l’intention de propager de fausses informations. La Police Nationale est également en collaboration avec le ministère de la Sécurité Publique.

Que les journalistes soient professionnels dans leur métier d’informer

Par ailleurs, le ministre a précisé que mis à part les auteurs de cette rumeur, il y a aussi des journalistes sans éthiques, motivés simplement par le parti qu’il défend et trouvent coûte que coûte des moyens pour dénigrer le parti adverse. Ils vont même jusqu’à répandre des mensonges qui dépassent vraiment les bornes de la déontologie. Ainsi, il a souligné l’importance des cartes professionnelles et de la validité de la délivrance qui, selon ses affirmations n’est pas du tout illégal contrairement à ce qui a été dit récemment. Le comité est donc déjà bien installé et vérifie les critères que doivent répondre un journaliste pour être jugé professionnel, en l’occurrence le cursus universitaire et/ou les expériences cumulées dans le domaine. Il s’agit d’un grand nettoyage qui affichera le nombre exact des journalistes qui méritent les cartes professionnelles. Actuellement, l’effectif des personnes qui vivent du métier de journalisme comme gagne-pain est aux alentours de 700 au lieu de 1300 comme avancent certaines personnes.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités