Marc Ravalomanana et Claudine Razaimamonjy tous deux endettés par la JIRAMA

Manue 16:21:00 economie
img

Suite à la coupure d’eau et d’électricité  de la société TIKO, du fait que celui-ci est débiteur de 4 milliards d’ariary au fournisseur JIRAMA, son fondateur a affirmé que seules les entreprises malgaches font l’objet de discrimination et de coupure. Ce qui est foncièrement erroné. Effectivement, l’Etat a dernièrement fermé l’entreprise BIDCO, à Majunga. Même si c’est une compagnie qui a reçu 20 millions de dollars de la Banque mondiale, le gouvernement ne fait aucune exception lorsqu’elle va à l’encontre de la loi. Il en va de même pour la dame Claudine Razaimamonjy, endettée de 250 millards d’ariary.

Il serait en effet injuste que l’on cesse de fournir l’eau et l’électricité à la population lorsqu’elle ne paie pas ses factures, alors que de hautes personnalités puissent s’endetter indéfiniment. Rappelons que la société TIKO a rouvert ses portes suite à l’indulgence de la gouvernance Hery Rajaonarimampianina et à la promesse du fondateur du groupe de s’acquitter de ses dettes. Il est à noter que la société a également 600 milliards d’impôts impayés à son compte, somme que Marc Ravalomanana a fait entendre qu’il paiera selon le ministre des finances, sauf que cet accord n’existe même pas.

L’ancien président n’a nullement l’intention d’exécuter cet accord mais a plutôt préféré y échapper en s’alliant avec l’entreprise AAA. Il est donc totalement faux que l’Etat fasse de distinctions entre les entreprises malgaches et étrangères. Et parallèlement, pourquoi ferait-on exception de l’entreprise de Marc Ravalomanana, sous prétexte qu’il possède une certaine autorité.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités