Madagascar et La France : Les relations sont au beau fixe

MH 20:12:00 politique
img

La fête nationale française a été célébrée hier. Partout, les ambassades françaises réparties partout dans le monde ont préparé chacune à leur manière une festivité pour marquer cette journée. Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France à Madagascar, n’a pas manqué d’organiser une réception à l’endroit des personnalités publiques, des politiciens, des opérateurs économiques, des hommes de lettres, bref des personnalités importantes de tous bords. Pour dire que le gratin d’Antananarivo s’est retrouvé le temps d’une célébration au même endroit. Quelle retrouvaille !

Dès 11h30, heure prévue pour le début de la cérémonie, l’axe routier menant à la Résidence de France à Ivandry a connu des embouteillages monstres. Beaucoup ont dû prendre le chemin à pied à l’approche de la Résidence car ils ont eu du mal à trouver du parking, il y a tellement d’invités et de voitures. Une fois arrivé sur le lieu, certains invités ont suivi en direct de la France la parade militaire organisée sur le Champs Elysées, d’autres ont profité de ce laps de temps pour échanger des nouvelles ou des secrets, contacter ou prendre un rendez-vous non conclu depuis un certain temps (et bien oui), rencontrer une autre personnalité difficile à trouver au quotidien... Quant aux professionnels des médias, ils guettaient leurs moindres faits et gestes, à l’instar de l’ancien président Ravalomanana et son épouse qui ont choisi de se mettre au-devant de la scène pour être visibles par tous (C’est aussi ça la politique), le président du Sénat qui s’est évanoui après avoir subi un coup de soleil, le Premier ministre qui était très en retard. Effectivement, la cérémonie a été repoussée d’une heure et 15 minutes à cause de ce retard, est-ce dû à l’habituel « fotoan-gasy ».

Discours très diplomatiques

Quand les deux principaux intervenants dont l’ambassadeur de France et le Premier ministre ont prononcé leur discours, la première a axé le sien sur le soutien indéfectible de la France envers Madagascar et la bonne entente entre les deux pays, à preuve les coopérations bilatérales allaient en s’améliorant tous les ans. Elle a même rappelé la réussite de l’organisation de la Francophonie à Madagascar et en parallèle la venue de François Hollande ainsi que la récente rencontre entre le nouveau président français et le Président de la République malgache. Cela ne l’a pas empêché d’interpeller le gouvernement malgache sur la recrudescence des cas de kidnappings de ses ressortissants, la suite des enquêtes et notamment la recherche des commanditaires et pas seulement les suspects. Mais le souhait de la France le plus cher, selon Véronique Vouland-Aneini, est que « les élections qui sont déjà dans tous les esprits renforce l’ancrage du pays dans le camp de la démocratie, qu’elle traduise le libre choix des Malgaches qu’elle soit transparente et inclusive et se déroule sans porter atteinte à la stabilité du pays et l’intégrité des personnes. »

Le Premier ministre, de son côté, a aussi souligné que les relations entre les deux pays sont actuellement excellentes et ce en rappelant la rencontre du 28 juin dernier entre les deux présidents qu’il résumait en deux termes : convivialité et de sincérité. Selon sa précision, à l’issue de cette séance de travail, le Président malgache a senti la volonté commune d’avancer, de renforcer ce qui a déjà été édifié au bénéfice du développement et du progrès dans la Grande Ile et des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. Il a profité de ce moment pour annoncer la tenue d’un forum sur le renouveau économique de Madagascar qui rassemblera des investisseurs francophones se tiendra cette année.

Ils étaient tous là mais sans vouloir se voir

Après avoir levé les verres en l’honneur de la France, les invités se sont éparpillés pour rejoindre les tables réservées pour le banquet. Seules quelques personnalités dont le Premier ministre, l’ambassadeur de France et l’ancien président Ravalomanana Marc ont été assaillis par les journalistes, visiblement pour des questions relatives à d’autres sujets.

Nous avons par ailleurs remarqué que des personnalités ont soigneusement évité de se croiser pendant cette fête. Les membres du gouvernement, quelques proches du Président de la République et les chefs d’institutions ne sont restés que quelques minutes après les discours respectifs. Il n’est pas question pour eux de s’attarder sur le terrain. Le général Charles Rabemananjara, et non moins ancien premier ministre sous la présidence de Ravalomanana, a été évité ou a évité de saluer le conseiller spécial de la mairie alors qu’ils se sont retrouvés presque côte à côte. Le vice-président du Mapar n’a pas voulu se mélanger parmi les politiciens, il a préféré papoter avec des artistes, des opérateurs économiques et quelques Français. Quant à la fille ainée de Didier Ratsiraka, elle a voulu être l’amie de tout le monde.

La célébration s’est terminé par le traditionnel bal populaire et du feu d’artifices dans la soirée mais seuls les ressortissants français y avaient accès.

 

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités