LaChasse-info

Les fonctionnaires fantômes devront restituer le « trop-perçu » de salaire

Manue 15:41:00 actualite
img

Les mesures d’assainissement des salariés de l’Etat continuent, et les faux fonctionnaires seront bientôt mis à nus. A ce jour, on compte 4521 agents de ministères à ne pas encore justifier leur statut. Ainsi, ils seront qualifiés de « fantômes » jusqu’à preuve du contraire. Autrement dit, ils sont amenés à apporter les pièces justificatives, ou ils devront payer le prix. En effet, s’ils sont confirmés en tant que fantômes après un Conseil de discipline, l’Etat pourrait aussi leur envoyer un ordre de recette pour remboursement, ils devront alors restituer le « trop-perçu » de salaire selon leur période de temps respectifs. Requête qui serait tout à fait légitime compte tenu du fait que ces faux salariés de l’Etat ont permis d’économiser 45 milliards d’ariary.

Le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona a affirmé que, contrairement à ce qui a été dit lors de la sortie de la première liste de recensement, le système AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat) fonctionne très bien et le problème de bug est résolu. « C’est un simple logiciel de recensement, où il n’est pas question de manipuler de gros chiffres. Les responsables des ressources humaines au sein de chaque ministère n’avaient qu’à y introduire sur l’interface le nom, prénom(s) et matricule de chaque agent» a-t-elle précisé. Ainsi, il ne devrait donc pas y avoir d’erreurs.

Encore deux mois de délai accordé

Rappelons que l’état de paie des fonctionnaires a fait l’objet d’assainissement. Les premiers résultats ont démontré quelques 17 000 agents non recensés. Comme le chiffre était bien trop haut, l’Etat a demandé aux ministères de procéder à des vérifications, ce qui a donné 9782 restants. Ces derniers ont alors vu leurs soldes coupées, ce qui a créé des polémiques au sein des employés.  Cependant, ils n’étaient pas rayés définitivement de la liste des fonctionnaires et la coupure de solde n’était qu’à titre provisoire. « Nous leur avons donné la possibilité de se justifier », a expliqué Vonintsalama Randriambololona.

Par la suite, 5261 agents ont régularisé leur cas, il reste les 4521 actuels à qui l’Etat offre aussi un délai d’un mois, de deux mois tout au plus, pour apporter les preuves qu’ils sont vraiment présents quotidiennement à leurs bureaux. Une fois le délai écoulé, il n’y aura plus de cinquième chance et ils devront se soumettre à la décision de l’Etat.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités