Les centres Maman Kangourou se multiplient pour la prise en charge des nouveaux nés prématurés

Avosoa 15:56:00 social
img

Un nouveau centre de soins destiné aux nourrissons souffrant d'insuffisance pondérale à la naissance a été inauguré hier à l’hôpital Mère et Enfant d’Ambohimiandra. Il s’agit du cinquième centre installé depuis, après celui du CHD Itaosy, Befelatanana, Ambohidratrimo et Alasora.

« Environ 15% des nouveaux nés à l’hôpital sont prématurés ou en insuffisance pondérale,» affirme le Directeur de l’hôpital d’Ambohimiandra, Lovaniaina Ravelomanana. De plus, le service néonatologie de l’hôpital ne dispose que de deux couveuses pour accueillir ces bébés, et que le reste est envoyé à Befelatana, le seul centre hospitalier où l’utilisation des couveuses est gratuite.

Grâce au centre, les bébés et leurs mères pourront recevoir des soins de qualités avec les matériels adaptés. Equipé de cinq lits, le centre pourra recevoir donc cinq bébés et leur donner toutes les chances de survivre. La maman kangourou est une méthode très pratiquée à l’étranger, elle est encouragée par l’OMS et a été initiée à Madagascar par l’association Compassion Madagascar. La directrice de celle-ci, Elodie Prisca Ranjanoro a encouragé l’adoption de cette méthode, qui est naturelle et peu onéreuse. Les coûts de la construction du centre équivalent à l’achat d’une couveuse, il est donc bien plus intéressant de pratiquer la méthode qui est d’ailleurs prouvée être efficace. D’autant plus qu’elle sauvera donc cinq bébés au lieu d’un seul pour la couveuse.

Le personnel soignant sera donc formé, pour l’utilisation des matériels et l’application de la méthode, à savoir la mise en contact du bébé directement peau pour peau avec sa mère. L’objectif principal de ce dernier étant la réduction de la mortalité infantile, une conséquence qui survient malheureusement très souvent lors de cas de pré maturation, et ou, d’insuffisance pondérale. Des cas qui atteignent le taux de 14% dans tout le pays.

Ainsi, la vision des  initiateurs du projet dont Orange Solidarité, qui fait don des matériels est de décentraliser ledit projet pour que toutes les régions de la Grande Ile en bénéficient, et pas seulement celle d’Analamanga. Ainsi, il est prévu par les deux associations, avec le partenariat du Ministère de la Santé publique, de créer d’autres centre à Andohatapenaka qui venait d’être  inauguré ce jeudi, Andoharanofotsy, Sabotsy Namehana, Manjakandriana, et Ambatolampy.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités