L’éducation sexuelle dans le programme scolaire à Madagascar : Initiation dans 24 lycées

Manue 13:04:00 social
img

Fini les tabous. A Madagascar, les parents, enseignants et tuteurs n’ont jamais daigné parler de la sexualité aux jeunes. Ce fut un sujet de discussion difficile à aborder dans de nombreux foyers malgaches, mais aujourd’hui les statistiques démontrent qu’il est devenu indispensable d’en parler. C’est pourquoi, le ministère de l’Education Nationale (MEN) et du ministère de la Santé Publique, en collaboration avec l’organisation britannique SEED et autres départements ministériels, ont décidé l’introduction de l’éducation sexuelle dans le programme scolaire des lycéens. Un projet qui a été discuté hier à l’Hôtel Panorama dans le cadre de la Conférence nationale sur la santé, le droit sexuel et la reproductivité des jeunes. C’est un évènement qui s’étalera pendant deux jours, pendant lesquels les différents acteurs discuteront des solutions à apporter pour lutter contre les abus sexuels, les grossesses précoces, et la propagation des maladies sexuellement transmissibles (MST)

Actuellement, parmi les jeunes compris dans la tranche d’âge de 15 à 19 ans, 20 % des filles et 22% des garçons ont déjà eu leurs premiers rapports sexuels. Des chiffres qui ont des répercussions plus visibles chez les jeunes filles que chez les garçons, car 18% d’entre eux n’utilisent aucune méthode contraceptive et provoque l’augmentation du taux de grossesse précoce, soit 32%. Mais le plus alarmant est l’accroissement du taux de mortalité maternelle. En effet, sur les dix femmes décédées à cause des complications liées à l’accouchement, trois d’entre elles sont des mineures de moins de 18 ans.

« Sciences naturelles », ce sera alors le nom de la matière qui sera initiée pendant une phase expérimentale dans 24 lycées réparties dans 11 régions de la Grande Ile, à partir de ce mois de février. Elle comprend des thèmes spécifiques, à savoir : le mariage et la grossesse précoces, le consentement, les menstruations et les règles d’hygiène, et les abus sexuels. Le Dr Sylvain Razafy, représentant du ministère de la Santé publique pendant la Conférence, a indiqué que c’est une intervention innovatrice pour l’atteinte des objectifs fixés qui est de maintenir les jeunes filles le plus longtemps sur les bancs de l’école, ainsi que la réduction du taux de mortalité, et la prévention contre les MST.

Cependant, Hasina Raonivelo, le directeur de la Formation de masse auprès du ministère de l’Education nationale, a fait savoir que «le projet d’éducation sexuelle ne sera effectif que d’ici l’année scolaire 2019»

 

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités