Le côté généreux de Pierrot Men est vu à travers sa photographie

Ranja Ramampy 18:12:00 art_culture
img

Pierrot Men était au rassemblement religieux d’Ankaramalaza pour la énième séance de shooting. Son œil d’artiste photographe demeure toujours aussi vif. Et sa discrétion rend autant de respect dans l’objectif. Des pèlerins aux visiteurs occasionnels, il a su capter des instants de recueillement, de rituels et pour certains d’apparition. Le Président de la République lui-même figure parmi ses modèles, étant présent à ce rendez-vous.

Lors des préparatifs de ce rendez-vous spirituel, Pierrot Men accepte de livrer une interview intimiste qui retrace son cheminement personnel avant d’avoir trouvé sa signature.

De la peinture à la photographie

L’artiste doit la révélation de son talent à un critique d’art qui lui a demandé de façon fortuite comment il obtient des fresques peu ordinaires dans ses tableaux. Il lui confie des photos qu’il prend au préalable avant de les mettre sur toile. Ce critique a regardé attentivement ces dites photos, puis l’a persuadé de se consacrer uniquement à la photographie. L’aventure commence alors pour cet autodidacte qui rappelle pour l’occasion que Madagascar est dépourvue d’Ecole spécialisée dans l’apprentissage de la photographie.

Dès lors, son art du visuel a été incomparable mais le basculement vers le Noir et Blanc est aussi le fruit d’un hasard. Il raconte avec humour les ennuis techniques sur le tirage de certaines photos qui lui a coûté plus de désagréments que d’argent. C’est à partir de là que Pierrot Men réajuste ses prises de vue avec de nouveaux paramètres d’éclairage et bien d’autres procédés du Noir et Blanc.

« J’ai effectivement fait beaucoup d’erreurs avant d’arriver à maîtriser cette discipline » explique-t-il car la colorimétrie et toutes sortes de variables doivent êtres conjugués avec les techniques de tirages appropriées afin d’obtenir les effets que l’on souhaite. Du coup, entre une belle photo et une plus artistique, il y a tout un travail de fond et de procédés purement méthodologiques.

22 ans de photographie

1994 a été pour lui une année de révélation aux yeux du monde. Un concours de photographie documentaire nommé  « Mother Jones International Fund Documentary Photography » le propulse au rang de lauréat reconnu parmi ses pairs. C’est le début de notoriété que les lignes de magazines, de revues spécialisées et de médias internationaux ne manquent pas de souligner. En 2012, cet artiste, natif de Midongy du Sud qui est issu d’un métissage chinois et franco-malgache a été décoré Officier de l'ordre des Arts, des Lettres et de la Culture Malgache. Il reconnait plus tard avoir eu du mal à s’adapter aux nouveaux appareils numériques pour avoir  plus de possibilités qu’avec un boitier mécanique. Le photographe en perpétuelle recherche de la perfection se corrige progressivement avec les expériences et le voilà réadapté au progrès de la technologie.

Il expose désormais dans les plus grandes villes du monde et continue de transmettre son savoir faire auprès de Labo-Men qu’il tient avec sa famille à Fianarantsoa. Cet endroit est compris dans le circuit des touristes en visite dans le Grand sud. Son côté généreux, on le reconnait dans ces clichés tout comme son perfectionnisme qui l’a amené à son statut actuel d’exposant partout dans le monde.

L’interview se termine sur une question psychanalytique, lui demandant de décrire sa signature dans chaque cliché. Pierrot sourit avec complaisance en répondant que lui-même ne parvient pas à déterminer ce cachet personnel. L’entretien aboutit sur une prise de vue qu’il accorde en toute générosité. L’instant devient eternel sur un cliché noir et blanc pris avec un modeste téléphone numérique. Il reprend ses occupations.  

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités