Kidnapping d’Arnaud et d’Annie : 15 personnes condamnés aux travaux forcés à perpétuité

Avosoa - MH 11:04:00 social
img

Pas de faveurs pour les auteurs et complices de l’enlèvement de Jean Arnaud Ramiliarison et de Kwenty Andréa Annie Rajerison ainsi que l’assassinat de cette dernière. La Cour Criminelle d’Anosy a statué, hier soir, sur le sort de ces criminels en condamnant perpétuellement les 15 personnes qui ont participé directement à cette affaire, dont Roger Lala Stéphanie, Ravola, Marcellin, Nônô vola sandoka qui en  étaient les principaux  cerveaux. Un autre prévenu a également écopé de cinq ans de travaux forcés.

En plus des sanctions pénales, ces condamnés ont été ordonnés de payer 3 milliards d’Ariary à la partie civile dont un milliard pour les parents d’Arnaud et deux milliards pour ceux d’Annie à titre de dommage-intérêt compensatoire. Les autres prévenus ont été libérés pour bénéfice de doute, y compris le juge Jacky Erneste. Par ailleurs, le père d’Arnaud n’a pas dissimulé son insatisfaction sur le jugement. Notamment sur la libération du propriétaire de la maison où son fils a été retrouvé.

Procès deux ans après le fait

Ce procès a pris au moins trois jours. 35 personnes sur les 75 accusés seulement sont passées devant la barre de la Cour Criminelle ordinaire d’Anosy  pour être entendues par les juges. Roger Lala, la supposée commanditaire de tous les actes provoquant ainsi la mort de l’un des enfants, était présente. Par contre, le juge Jacky Ernest Rabehaja et non moins ancien substitut général de la Cour d’Appel de Toamasina, également impliqué dans cette affaire, a été absent durant cette audience or faut-il rappeler qu’Arnaud a été retrouvé dans sa maison après des jours de recherche. Ce dernier a été incarcéré à Antanimora en 2016 avant d’être remis en liberté.

A part ce magistrat, des fonctionnaires de différents corps figuraient parmi la longue liste des accusés de ce rapt d’enfant. Entre autre, des agents pénitenciers ainsi qu’un policier. Le chauffeur des deux enfants est également entendu mardi dernier, dans l’après-midi. Ces accusés ont été incarcérés dans des maisons de force à savoir, à Antanimora, Tsiafahy, Manjakandriana et Ambalatavoahangy avant ce transfert auprès de la Cour Criminelle d’Antananarivo. Malgré les preuves qui se tournent contre eux, ils ont plaidé non-coupables et ont rejeté les fautes sur le défunt Fredy qui a été abattu lors du sauvetage d’Arnaud.

Bien que les syndicats des Magistrats et des Greffiers aient entamé une nouvelle grève hier, l’audience a bien  eu lieu dans la salle numéro quatre du tribunal d’Anosy. Ce geste des juges furent fortement apprécié par tous les observateurs qui y étaient présents, que justice soit faite pour que l’âme de la petite Annie puisse enfin reposer en paix.

Rappel des faits

Arnaud et Annie ont été enlevés sur le chemin de l’école à l’entrée du pont Verrerie, Toamasina, le mois de Novembre 2015. Ils ont disparu avec le chauffeur et le véhicule. Le lendemain même de l’enlèvement, les ravisseurs ont réclamé une rançon de 4 millions d’euros en échange de la libération des enfants. Sur un ultimatum de 24  heures, la rançon fut ramenée à 1,5 millions d’euro.

Vu que les parents n’ont pas le moyen d’acquitter cette grosse somme, les malfaiteurs ont assassiné la petite Annie et ont laissé le corps sans vie et violé, avec le cou tordu, dans la rue près de sa maison. Ce qui a fait naître un terrible émoi dans toute la ville de Toamasina. Quelques jours après, le 11 janvier 2015, Arnaud a été retrouvé vif, sur intervention de la police de l’Unité d’Intervention Rapide (UIR) et de la Force d’Intervention de la Police (FIP).

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités