Irrégularités : Marc Ravalomanana pointe du doigt le ministre de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa

Avosoa 15:55:00 politique
img

Le ministre de l’intérieur a forcé des agents de l’Etat à faire voter pour le candidat numéro 13, a souligné Marc Ravalomanana, hier, lors d’un discours qu’il a prononcé au sujet du déroulement du scrutin pour le second tour. Ce n’est pas la première fois que le candidat numéro 25 a fait cette remarque mais il l’a déjà mentionné lors du débat présidentiel avant le vote.  Jusqu’à maintenant, aucune mesure n’a pas été prise et le protégé du MAPAR a continué ses pratiques. Heureusement que certains représentants de l’Etat ne se sont pas soumis aux ordres manifestement illégaux et aux menaces de ce ministre, a expliqué le candidat Ravalomanana.

Quelques jours avant la tenue du scrutin du deuxième tour, deux administrateurs civils et non moins chefs de district ont dénoncé le forcing fait par le ministre de l’intérieur. L’on sait qu’ils n’étaient pas les seuls à se trouver dans ce pétrin, presque tous les représentants de l’Etat dans les circonscriptions administratives à commencer par les chefsde district, les maires et les chefs Fokontany qui sont sous tutelles du ministère de l’intérieur et de la décentralisation, ont subi les mêmes pressions mais n’osaient pas dénoncer. Selon l’explication, l’ordre est venu du ministre en personne de tout faire pour augmenter les votes en faveur du candidat numéro 13.

En ce qui concerne le scrutin, Marc Ravalomanana a encore clamé que celui-ci est entaché d’irrégularités, donc le slogan prôné par la CENI d’organiser une élection transparente, crédible et acceptée par tous reste lettre morte. Mis à part les fraudes, l’achat des voix dans de nombreux bureaux de vote a changé la nature des votes mais aussi l’achat des membres des bureaux de votea permis le vote des personnes en possession de plusieurs cartes d’électeurs non utilisées sans avoir présentés des cartes d’identités. Des délégués des candidats ont été également appelés par ces membres du bureau de vote, ceux-ci leur demande de faire une offre en échange de quoi les votes obtenus par leur candidat soient augmentés.

Des cas de violence contre les membres du K25 ont été également constatés comme ce qui s’est passé à Ankazoabo, Fort Dauphin ou Mahitsy. Marc Ravalomanana a affirmé que plusieurs délégués du K25 n’ont pas été autorisés à entrer dans le bureau du vote que quelques heures après l’ouverture du bureau de vote. Il a également dénoncé la partialitéde la CENI. Le scrutin dans un bureau de vote de la commune rurale de Komajia, district de Mampikony, n’a pas eu lieu mais,à la grande surprise, le candidat numéro 13 a mené largement avec un score de 80% dans ce bureau de vote.

Finalement, le candidat Ravalomanana a annoncé qu’il n’est pas encore tard de prendre en compte les demandes du KMMR en faisant la confrontation des PV réels, des bulletins uniques utilisés et le reste. C’est le seul moyen demettre en exergue la voix des urnes et à protéger le choix du peuple. Il a également fait appel à tous ses partisans à ne pas accepter la manipulation des résultats.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités