Grèves des enseignants : Une partie des revendications satisfaite

MH 14:21:00 social
img

Cela fait plus de deux mois que les cours dans les écoles publiques dans tous Madagascar ont été suspendus. Toutefois, les enseignants ne pensent pas à stopper leur grève jusqu’à la concrétisation effective de quelques points dont l’alignement des grilles indiciaires à 100 000 ariary pour les codes rubriques 512, 517, 530 et 570 ainsi que l’augmentation des indemnités de préparation et de correction à 100 000 ariary. Ils ont également cité dans la liste de leur revendication, le paiement des arriérés de vacation, subvention et l’indemnité spéciale pour les personnels du Ministère de l’éducation nationale qui est de 100 000 ariary ce qui n’est pas encore payé depuis janvier 2017. A part cela, le recrutement d’autres 6 000 enseignants fonctionnaires est aussi revendiqué. Cela pour compléter le nombre de 10 000 recrutements par an promis par l’ancien ministre Paul Rabary. 

Questionné sur ces revendications du Sempama, le premier ministre Ntsay Christian a répondu que l’accomplissement de toutes les revendications des enseignants ne peut pas se faire en même temps. Pourtant la plupart sont déjà en cours tels l’exécution des droits acquis comme l’avancement, le reclassement des enseignants suivant leur diplôme, le mandatement et le rappel des soldes. Pour les autres revendications financières, le premier ministre a soulevé une indisponibilité de moyen. Mais pour satisfaire aux  quelques requêtes des enseignants, l’Etat a déjà engagé plus 150 milliards d’ariary, a-t-il annoncé. C’est le mieux que l’Etat puisse faire pour le moment, a –t –il ajouté. Quant au paiement des arriérés d’indemnités, le premier décaissement se fera au mois d’octobre et les restes seront programmés pour le début de l’année 2019.

Même si cette avancée de la part de l’Etat ne suffit pas à satisfaire les revendications des syndicats des enseignants, Christian Ntsay a appelé ces derniers à reprendre leur activité surtout en cette approche des examens officiels. « Il faudra penser à l’avenir des enfants malgaches » a –il terminé.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités