Greve illimitée : Le SMM et le SGM pris de faute pour la fermeture du tribunal à Anosy

Manu 11:18:00 politique
img

Suite à l’échec de la manifestation mercredi faite par les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) présidé par Fanirisoa Ernaivo, ces derniers ont pris une toute autre initiative en fermant le tribunal. Le portail a été trouvé fermé à cadenas et chaînes aux heures d’ouvertures et empêchant ainsi toute entrée et conséquemment tout procès et autres services utiles au public. Cependant, le président du Tribunal de première instance d’Antananarivo cite : « Le droit de grève est reconnu sans qu’il puisse être porté préjudice à la continuité du service publique ni aux intérêts fondamentaux de la Nation. » Il s’agit de l’article 33 de la Constitution qui stipule également que : « Le droit de ne pas observer la grève est garanti par la Constitution tout comme le droit de faire la grève. » Ce qui implique réflexion concernant l’acte répréhensible commis par le syndicat. D’autant plus que le Procureur de la République a nettement réprimandé cet agissement en précisant qu’un bon nombre de magistrats et greffiers ne souhaitent pas intervenir dans la grève.

Pour rappliquer face à ce forcing venant des magistrats et des greffiers, le Ministère de la Justice a envoyé un huissier afin de rouvrir les portails, permettant ainsi à quelques procès de se tenir l’après-midi. Cependant, un nombre non négligeable de personnes sont rentrés mains vides alors que selon la loi, un bâtiment administratif ne doit jamais être fermé à la population. Pourtant, plusieurs sont venus de loin assister à des procès indéfiniment reportés ou préparer des papiers administratifs et encore une fois à cause de la grève, qui est surtout question d’intérêts car à part la revendication d’indépendance, certaine revendication serait liée à l’augmentation des indemnités diverses, or les magistrats sont les plus nantis en termes d’avantages.

Etant donnée la rencontre entre le SMM et le SGM avec la ministre de la Justice, qui a été des plus prometteuses, le ministère ne s’attendait aucunement à la séquestration du Tribunal, perçue comme une provocation. Suite à ces évènements, le Ministère de la Justice devra prendre ses dispositions concernant l’agissement des auteurs de grèves. L’Inspection Générale de la justice se doit de faire de même, car elle est chargée de contrôler le respect des règles déontologiques particulières aux magistrats, ainsi que les agissements du personnel de la justice.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités