Grève illimitée : Le Sempidou en mode sabotage économique

Ny Tiantsoa - MH 16:08:00 economie
img

Le Syndicat du personnel des douanes (SEMPIDOU) persiste à entamer une grève illimitée tant que la totalité de ses revendications n’est pas satisfaite. En fait, lors de deux jours de grèves que le syndicat a débuté au mois de mai, l’Etat a déjà accordé sa demande concernant les primes de rendement sous prétexte qu’elles servent à motiver les douaniers à atteindre l’objectif mensuel voire trimestriel ou annuel de l’Etat en termes de recette. Mais cela ne suffit pas à les calmer, ils veulent pendant les négociations avec les représentants de la Primature et du ministère des Finances et du Budget « le paiement d’une partie de ces primes avec le nouveau mode de calcul qu’ils ont avancé ». Le montant de ces primes n’est jamais révélé aux journalistes, le syndicat se contente d’avancer que les responsables « ne considèrent pas leur requête liée à leurs avantages. »

Les opérateurs économiques regroupés dans différents groupements et les investisseurs étrangers entre autre Ambatovy ne tardent pas à exprimer leur indignation face à ce geste qu’ils qualifient de sabotage économique.  Lors d’un point de presse hier à Ankorondrano, ils ont clairement indiqué que les grèves des Douaniers asphyxient leurs activités en évoquant les dégâts collatéraux de la grève comme le montant exorbitant du manque à gagner pour l’Etat, l’inexistence des importations de la matière première et pour Ambatovy en particulier, son activité principale qui est l’exportation de Nickel et Cobalt est tout simplement bloquée. Ce qui amène des manques à gagner considérables. Le président du syndicat en est bien conscient car il s’est « excusé auprès des opérateurs pour les désagréments causés par ce mouvement. »

Mais il jette l’anathème au ministre de Budget et des Finances en l’accusant d’avoir porté atteinte à leurs droits syndicaux si ce dernier les a rappelés la loi n° 60-149 du 3 octobre 1960 qui indique dans son article 2 que les fonctionnaires occupant un emploi de direction et les cadres dans les catégories A et B ne jouissent pas du droit de grève. Il ne s’agit donc pas d’une action de mauvaise foi de la part du ministre mais il ne fait que rappeler l’ordre car Madagascar est un Etat de droit. Ainsi, ce qui ne suit pas la loi mérite d’être puni et l’avertissement du Ministre sur la suspension des salaires des grévistes semble normal. Si les Douaniers insistent sur cette grève, toutes les différentes branches vont être paralysées et la situation de notre pays va s’empirer et ce sont les citoyens qui payent les pots cassés.   

 

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités