Grève des greffiers et des magistrats : Le tribunal ferme ses portes

Ralay 15:54:00 Actualité
img

Silence total au tribunal Anosy. Les greffiers ont mis à exécution leur menace de grèves et ont cessé de travailler à partir de ce jour.  Et aucun service minimum n’y sera effectué jusqu’à ce que leur revendication ne soit considérée et validée. Ils ne sont pas seuls, le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) vient emboîter leur pas en organisant en même temps ses deux jours d’indignation.

« Nous entamons une grève illimitée à partir d’aujourd’hui tant que le ministère ne donne pas de satisfaction à nos revendications » a affirmé Nicolas Rabenandrasana, président des syndicats des greffiers ce matin. Et à entendre ses propos, cette grève est totalement justifiée du fait des circonstances actuelles des choses.

Magouilles, corruption et népotisme

En fait, cette grève a pour principal objet le refus de la tenue d’un concours direct pour être greffier. Pour ce syndicat, cette décision «  soudaine » a été prise pour servir l’intérêt personnel de certaines personnes et non pour le bon fonctionnement au sein du tribunal. « Cela fait dix ans qu’il n’y a pas eu de concours pour devenir greffier. C’est pour cela qu’on a demandé la signature du décret d’application du versement des greffiers  (transfert du poste de greffier à greffier en chef selon l'ancienneté des employés et leurs diplômes). Mais au lieu de cela, le ministère de la justice a annoncé que le concours pour devenir greffier sera de nouveau adopté. En plus, ce sera un concours direct, c’est-à-dire que des personnes externes pourront concourir », s’exclame Nicolas Rabenandrasana. Pour eux, ce concours est synonyme de magouilles de certaines personnes qui voudraient faire intégrer leurs proches au poste de greffiers. Ce n’est pas tout car ce syndicat exige également le paiement des émoluments demandés l’année dernière et qui ne sont pas encore totalement attribués.

Le syndicat des greffiers soutient qu’il ne retravaillera qu’une fois ces revendications concédées. D’ailleurs, accusé par l’opinion publique de prendre en otage la population, il pointe du doigt le ministère de tutelle qui selon lui « fait la sourde oreille. »

Malgré le fait que Nicolas Rabenandrasana affirme avec fermeté qu’aucun greffier n’est de service, on a tout de même remarqué certaines personnes, un ticket de rendez-vous  à la main, sillonnent le portail du tribunal à Anosy. Interrogé, un père de famille a expliqué qu’il était venu hier et qu’on lui a donné rendez-vous aujourd’hui (jour de grève). Un acte suspicieux car il y aurait-il donc du favoritisme et que les greffiers travaillent pour certaines personnes et pas d’autres ? Dans le cas contraire, pourquoi demander à quelqu’un de revenir un jour de grève ? Il semble donc que les greffiers ne soit pas blancs comme neige comme ils voudraient le faire croire.

Journées d’indignation

Les greffiers ne sont pas les seuls à effectuer une grève car les magistrats eux-aussi expriment leur mécontentement à travers deux journées d’indignation qui ont débuté aujourd’hui. Et comme les greffiers, ils n’assureront même pas de service minimum mettant ainsi la population dans de beaux draps. « Nous dénonçons particulièrement les atteintes répétitives de l’Etat à l’indépendance de la justice », explique le représentant du Syndicat des Magistrats de Madagascar ou SMM. La présidente de ce syndicat Fanirisoa Ernaivo, invitée sur une station de radio privée explique que certaines personnes se croient et se mettent au-dessus des lois et d’autres, proches du pouvoir, s’immiscent dans les affaires de Tribunal. « Nous ne faisons que protéger notre profession en tant que syndicat, il est inacceptable que certaines personnes soient classées « intouchables », et quand on essaie de bien faire notre travail, on nous met des bâtons dans les roues. Et ce n’est pas tout car on reçoit même des menaces » continue-t-elle.

Voilà donc pourquoi les portes des  tribunaux dans tout le territoire malgache sont fermés à partir de ce jour. Mais contrairement à la grève des greffiers, les magistrats  prévoient de regagner leur poste ce lundi.  Mais d’ici-là, l’on ignore encore l’évolution des choses.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités