DJ professionnel : Deejay Dina un emblème du DJing malgache en France

Ralay 16:14:00 art_culture
img

Devenir un DJ et être le prochain David Guetta c’est le rêve de plusieurs jeunes en ce moment. Et pour cause, l’idée de gagner de l’argent en mixant dans des fêtes et des soirées est plutôt alléchante. Mais cela n’est pas si facile comme il le paraît, car le DJing  est un métier à part entière qui requiert beaucoup de persévérance. Pour en savoir plus sur ce métier, nous avons discuté avec Deejay Dina, qui nous raconte son parcours. 

Dina Rabe alias Deejay Dina est un Dj connu dans le milieu non seulement à Madagascar, mais surtout en France. En 2009, il a été parmi les six DJ pro de France dont il est le seul Malgache, qui ont été  sélectionnés pour intégrer la prestigieuse école de DJ, l’UCPA à Lyon et à y suivre une formation d’Animateur Musical et Scénique ou AMS dans le master class. Aujourd’hui, il est installé à Paris et y exerce le métier de DJ, en d’autres termes, il mixe pour donner de l’ambiance et gagner sa vie. Et à en croire ce qu’il nous raconte être DJ en France fait vivre car en moyenne, il gagne dans les 500 à 800 euros par soirée. Mais cela n’a pas été évident, pour arriver à cette situation confortable, il a dû faire ses preuves et surtout, il a beaucoup travaillé.

Amateur de musique dès sa petite enfance

Mixer est vraiment une passion pour Deejay Dina et cette passion a commencé par faire tourner des disques. Quand il était petit, il a déjà aimé écouter des tubes parmi les 45 tours de son père. Et il adorait vraiment cela, le week-end il accompagnait toujours son père chez le disquaire pour acheter des disques. Et au fur et à mesure qu’il a grandi, cette passion pour les disques a évolué avec lui puis, il rêvait de devenir un DJ. Mais son père n’était pas d’accord car il voulait qu’il suive ses traces en devenant un ingénieur géologue. Il ne lui interdisait pas de mixer pour le plaisir mais ne voulait pas qu’il en fasse son métier.  

Mais lui, il n’avait qu’un seul objectif : devenir DJ professionnel. C’est alors qu’il a commencé à s’initier au mixage grâce aux platines technics à entrainement direct que son père avait acheté. Et personne ne lui a appris, il s’est débrouillé tout seul. C’est vers les années 80 qu’il a commencé à écouter les mix des grands DJ de France comme DJ Abdel ou encore DJ Cut killer. Sa carrière professionnelle a débuté en 1989. A cette époque, il touchait 150 000 ariary par soirée et faisait cinq à huit soirées par mois. Et c’est là que son père a commencé à accepter son choix de devenir DJ professionnel. L’essentiel pour lui c’est que son fils gagnait bien sa vie.

Envol fulgurant

A partir de là, sa carrière a décollé.  De 1989 jusqu’en 2004, il a été DJ résident à Cohiba Vip Hilton, au Ccl Antanimena, au Caveau et à l’Indra. Puis, en 2001, le titre de vice-champion de Madagascar de DJ lui a été décerné, et en 2004, il a fait le tour de Madagascar et a mixé dans les meilleurs clubs du pays : Sofia neptune, zazah club, Nouvel hôtel diego, Piscine jacaranda Majunga… Et sa carrière en France a débuté en 2005 après qu’il a été invité par le président du DMC France Wilfrid de Baise pour faire une démonstration au championnat de France de DJ hip hop. Mais à peine arrivé là-bas qu’il a déjà été sélectionné pour être DJ résident dans le Nord pas de Calais dans le Centurion Club. Mais voulant se perfectionner et tout savoir sur la technique de DJing  en France, il a effectué un stage à chez DMC Paris en 2006 qui est la fédération internationale de DJ.

Voilà le parcours de Deejay dina et aujourd’hui tous ses efforts ont porté ses fruits car il s’est fait un nom dans le milieu du DJing. Depuis 2005 jusqu’à maintenant, il a déjà montré ses talents dans une cinquantaine de clubs en France comme le Redlight Montparnasse, le Madness Champs Elysées, le Barachoix Paris ou encore l’Acropole. Comme tout artiste, sa particularité réside dans le fait qu’il ne mixe que sur les platines vinyls technics sl1200 ou 1210. Et même s’il habite actuellement en France, cela ne l’empêche pas de se produire avec de nombreux artistes locaux dans des soirées comme Rak roots, Samoela, Stephanie… D’ailleurs, il n’oublie pas son pays et envisage de faire bientôt son come-back. Il projette également d’effectuer  une tournée d’un mois par an à Madagascar et dans l’Océan indien. Mais sa plus grande ambition est de rouvrir l’école de DJing qu’il a créé en 2003 et surtout d’implanter le DMC à Madagascar.

Le parcours de Deejay Dina prouve clairement qu’être DJ est plus qu’un simple passe-temps. C’est un métier qui peut emmener loin à condition d’une persévérance et d’un sérieux dans son travail. « J’ai remarqué qu’à Madagascar les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’intéresser au DJing, c’est une bonne chose mais pour réussir je conseille aux jeunes d’apprendre et de maîtriser  la vraie technique de base et ensuite booster à fond la culture musicale. »

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités