Didier Ratsiraka : « Cette élection plonge le pays dans une nouvelle crise »

Avosoa - MH 10:17:00 politique
img

Il faut d’abord régler certaines choses avant de procéder à l’élection. C’est ce qui résume la déclaration de l’amiral Didier Ratsiraka lors de son intervention dans des médias privés hier. Pour cet ancien président, l’organisation des élections ne  résoudra guère les différends politiques à Madagascar. Ainsi, en insistant sur une élection qui ne fait qu’aggraver les tensions sociales et politiques, Madagascar tend son propre piège et s’ouvre vers une nouvelle crise.

Lois électorales – Constitution 2010. Pour Didier Ratsiraka, les problèmes relatifs aux lois électorales qui ont fait l’objet de critique lors de son adoption, la liste électorale ainsi que la date du scrutin qui tombe en pleine saison de pluie sont les discordes qui devront être réglés avant de faire l’élection présidentielle. Ce n’est qu’une partie de l’iceberg car le principal problème réside dans la constitution de 2010 et non vraiment des lois électorales. Cette constitution faite en toute hâte et taillée sur mesure afin de favoriser le président de la HAT et d’expulser coûte que coûte l’ancien président Ravalomanana comporte de nombreuses incohérence et contradiction.

Un pays en danger. En ce qui concerne sa candidature à l’élection présidentielle, Didier Ratsiraka a soutenu que le pays est en danger et ce serait un non assistance de pays en danger que de ne rien faire. Ainsi donc, il a pris la responsabilité en participant à la course à la magistrature suprême. Même candidat à la présidentielle, l’amiral est tout à fait pour le report des élections. « Il est encore possible de reporter cette élection, et ne pas réagir est une non assistance à un pays en danger » ajoute-il. Il a encore évoqué l’instabilité et l’insécurité qui empêchent le pays de tenir une élection tranquille. Le président de l’AREMA a divulgué que certaines personnes importent des armes en ce moment et ce n’est pas pour lutter contre les dahalo ni pour instaurer la sécurité. L’amiral a craint des dessous malsains pouvant être à l’origine d’une nouvelle crise derrière tout cela. Mais apparemment de telle information n’a troublé personne car aucune réaction n’a été enregistrée après cette déclaration.

HCC. Le candidat numéro 21 a également parlé de la décision de Haute Cour Constitutionnelle. Il a pointé de doigt cette juridiction en disant qu’elle outrepasse ses attributions, et entre dans les jeux politiques. Cela a commencé depuis la requête en déchéance du président Hery Rajaonarimampianina où Ambohidahy a pris une décision plutôt politique que juridique. Quant à l’affaire Tabera Randriamanantsoa, Didier Ratsiraka a même soulevé un litige entre la HCC et le conseil d’Etat. A quoi joue vraiment la HCC qui se considère comme une super-institution en dessus de la Présidence de la République, de l’Assemblée nationale et du Sénat. Un problème qu’il faut d’abord résoudre  a-t-il affirmé.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités