Politique extérieure malgache : « Sans exclusion et sans exclusivité »

MH 18:03:00 politique
img

Le ministre des Affaires étrangères a tenu à faire le point avec les journalistes ce jour dans le but de rapporter les récentes activités de son ministère pendant le premier trimestre de cette année. Pendant près de 40 minutes, il a énuméré les différents accords bilatéraux et multilatéraux effectués par le pays, mais aussi les actualités diplomatiques. Le reste de la séance est réservée à la traditionnelle question réponse.

 

La diplomatie économique, c’est la ligne directrice qui dicte la politique étrangère de notre pays. Ainsi, toutes les actions entreprises sont orientées vers ce choix de mettre en valeur les questions économiques. Dans ce sens, Madagascar adopte une politique qui n’exclue aucun pays et qui ne donne pas d’exclusivité à aucun autre. Une politique d’ouverture au monde qui respecte la souveraineté du pays et qui le partenariat gagnant-gagnant, a-signalé-Henry Rabary Njaka, dans un style de langage simple et sans détour.

 

Depuis l’accession du Président Hery Rajaonarimampianina, le développement est un must en dépit du marasme économique dû aux problèmes politiques et sociaux constatés à Madagascar après la crise de 2009. Mais cela n’empêche pas l’équipe qu’il a formée pour l’accompagner dans sa démarche de développement d’intensifier les rencontres et les négociations au niveau international. Déjà, le pays a signé son retour sur la scène internationale, un symbole fort et non négligeable qui met Madagascar au même niveau que les autres pays démocratiques. D’ailleurs, le Président de la République a présidé le sommet de la francophonie et beaucoup d’autres  engagements au sein de l’Union africaine ou de la SADC (Communauté de développement en Afrique australe).

 

A l’approche des présidentielles, le numéro 1 de la diplomatie malgache continue d’intensifier les rencontres et les sorties à l’étranger. L’objectif étant de renforcer les relations bilatérales et multilatérales, de remplir les engagements pris par le pays et surtout de faire connaître les opportunités d’investissements. Mais pas seulement, Henri Rabary Njaka s’active dans les coulisses pour initier avec d’autres pays des actions de développement dont le marché unique du transport aérien en Afrique qui exclue les accords aériens spécifiques entre deux pays, l’alliance solaire internationale qui exploite l’énergie solaire à une plus grande échelle, la mise en place d’une zone de libre-échange continentale entre un groupe de sept pays et beaucoup d’autres.

Concernant l’affaire Houcine Arfa qui a fait le buzz dans les réseaux sociaux et occupait la une des journaux depuis un certain temps, il a informé que lors de sa rencontre avec son homologue français, Jean Yves le Drian que le fugitif est actuellement recherché par la justice française. Et dernièrement, l’immigration des femmes dans les pays du golfe et en Chine a fait l’objet d’un rappel sur le rôle des ambassades et des chargés d’affaires dans ces pays. Malgré la sortie du décret n°2013-594 interdisant l’envoi des travailleurs dans des pays à risques, des passeurs et des femmes réussissent toujours à migrer vers d’autres cieux sans penser aux risques encourus une fois arrivée là-bas. Ce fut le cas des femmes travaillant au Koweit qui ont appelé à l’aide à l’Etat et celles en Chine « achetées » et « forcées » en mariage par des Chinois habitant dans des zones les plus reculées.

Le ministre des Affaires étrangères a tenu à faire le point avec les journalistes ce jour dans le but de rapporter les récentes activités de son ministère pendant le premier trimestre de cette année. Pendant près de 40 minutes, il a énuméré les différents accords bilatéraux et multilatéraux effectués par le pays, mais aussi les actualités diplomatiques. Le reste de la séance est réservée à la traditionnelle question réponse.

 

La diplomatie économique, c’est la ligne directrice qui dicte la politique étrangère de notre pays. Ainsi, toutes les actions entreprises sont orientées vers ce choix de mettre en valeur les questions économiques. Dans ce sens, Madagascar adopte une politique qui n’exclue aucun pays et qui ne donne pas d’exclusivité à aucun autre. Une politique d’ouverture au monde qui respecte la souveraineté du pays et qui le partenariat gagnant-gagnant, a-signalé-Henry Rabary Njaka, dans un style de langage simple et sans détour.

 

Depuis l’accession du Président Hery Rajaonarimampianina, le développement est un must en dépit du marasme économique dû aux problèmes politiques et sociaux constatés à Madagascar après la crise de 2009. Mais cela n’empêche pas l’équipe qu’il a formée pour l’accompagner dans sa démarche de développement d’intensifier les rencontres et les négociations au niveau international. Déjà, le pays a signé son retour sur la scène internationale, un symbole fort et non négligeable qui met Madagascar au même niveau que les autres pays démocratiques. D’ailleurs, le Président de la République a présidé le sommet de la francophonie et beaucoup d’autres  engagements au sein de l’Union africaine ou de la SADC (Communauté de développement en Afrique australe).

 

A l’approche des présidentielles, le numéro 1 de la diplomatie malgache continue d’intensifier les rencontres et les sorties à l’étranger. L’objectif étant de renforcer les relations bilatérales et multilatérales, de remplir les engagements pris par le pays et surtout de faire connaître les opportunités d’investissements. Mais pas seulement, Henri Rabary Njaka s’active dans les coulisses pour initier avec d’autres pays des actions de développement dont le marché unique du transport aérien en Afrique qui exclue les accords aériens spécifiques entre deux pays, l’alliance solaire internationale qui exploite l’énergie solaire à une plus grande échelle, la mise en place d’une zone de libre-échange continentale entre un groupe de sept pays et beaucoup d’autres.

Concernant l’affaire Houcine Arfa qui a fait le buzz dans les réseaux sociaux et occupait la une des journaux depuis un certain temps, il a informé que lors de sa rencontre avec son homologue français, Jean Yves le Drian que le fugitif est actuellement recherché par la justice française. Et dernièrement, l’immigration des femmes dans les pays du golfe et en Chine a fait l’objet d’un rappel sur le rôle des ambassades et des chargés d’affaires dans ces pays. Malgré la sortie du décret n°2013-594 interdisant l’envoi des travailleurs dans des pays à risques, des passeurs et des femmes réussissent toujours à migrer vers d’autres cieux sans penser aux risques encourus une fois arrivée là-bas. Ce fut le cas des femmes travaillant au Koweit qui ont appelé à l’aide à l’Etat et celles en Chine « achetées » et « forcées » en mariage par des Chinois habitant dans des zones les plus reculées.

Facebook Twitter Google+ LinkedIn Addthis

Publicités